Dans un an, le départ !

Les participants au défi voile « Longue Route 2018 », conformément aux indications présentes sur le site officiel, ont le choix de partir entre le 18 juin et le 30 septembre 2018.

Pourquoi cette latitude de date ?

Les bateaux engagés étant de tailles différentes (et donc de vitesses différentes), chaque skipper décidera de sa date de départ afin de se présenter à la meilleure saison (l’été) dans l’hémisphère sud qui, les saisons étant inversées par rapport à l’hémisphère nord, commence le 21 décembre pour se terminer le 21 mars (vous pouvez aussi retrouver d’autres réponses aux questions que vous pourriez vous poser dans la FAQ du site).

Le choix de ma date de départ

Pour ce qui me concerne, on peut évaluer à environ 2 mois le temps nécessaire pour arriver dans les mers du sud, auxquels il faut ajouter entre 2 et 3 mois pour traverser l’océan Indien et l’océan Pacifique, jusqu’au Cap Horn. Traversée qu’il vaut mieux effectuer durant l’été austral. Ainsi, en comptant un départ début septembre « Eden » arrivera vers la fin du printemps austral (novembre) à l’entrée des mers du sud et aura tout l’été austral (21 décembre – 21 mars) pour traverser l’océan Indien, l’océan Pacifique et commencer sa remontée de l’Atlantique Sud après avoir passé le Cap Horn.

Ceci bien sûr n’est qu’une évaluation du temps de traversée, car les conditions réelles et les problèmes techniques éventuels ne manqueront pas de venir y mettre leur grain de sel et, on le sait, la météo peut être très changeante. Mais il faut bien partir sur une base de calculs.

A propos de météo justement, même si on pourra recevoir des infos à ce sujet en cours de route, la vitesse (relativement faible) de nos bateaux (on n’est pas au Vendée Globe), ne nous permettra pas de suivre les trains de dépressions et de progresser avec eux, mais plutôt d’essayer de profiter au mieux du vent qui nous tombera dessus en cours de route et d’éviter autant que possible des conditions trop dures, d’autant plus que dans le Sud il faudra aussi compter avec les icebergs. Par contre, comme on peut décider de son jour de départ on peut choisir la meilleure fenêtre météo pour sortir le plus vite possible du golfe de Gascogne et commencer la descente vers l’équateur.

Analyse météo

Comme ma date de départ est prévue pour début Septembre 2018, je commence à observer la météo actuelle. Cela n’augure rien par rapport à ce qu’on aura dans un an, mais permet de se familiariser avec les systèmes météos et leurs évolutions possibles, que nous rencontrerons l’année prochaine.

Par exemple dans la carte des vents ci-dessous (du 17 septembre 2017), on constate plusieurs choses:

  1. Un départ avec cette configuration météo ne serait pas judicieux. En effet le vent dans le golf de Gascogne est orienté est-sud-est (il souffle vers le fond du golfe), et n’est donc pas portant ;
  2. Par contre, on voit que les alizés du nord-est sont bien établis ;
  3. Qu’il y a une zone de calme en 3 (le fameux « pot-au-noir ») et que les alizés de sud-est sont également bien établis ;
  4. Que l’anticyclone de Sainte-Hélène est bien déplacé dans l’ouest, ce qui oblige à se rapprocher de l’Amérique du sud si on veut le contourner et bénéficier de vents portants (dans l’hémisphère sud le sens de rotations des vents des dépressions et des anticyclones est inversé par rapport à l’hémisphère nord).

Si on avait cette carte météo pendant 2 mois, il suffirait donc de suivre la route tracée en rouge pour se retrouver dans les mers du sud (5).

analyse-lecture-météo-septembre-départ-longue-route-2018

Mais bien sûr les conditions peuvent changer rapidement. Si je consulte la carte météo du 18 septembre (ci-dessous) on peut voir que les conditions dans le golfe de Gascogne ont changé : le vent vient désormais du 70 (nord-est), c’est-à-dire portant, et comme les conditions générales pour les autres zones n’ont pas vraiment changé, il serait plus judicieux de partir à cette date.

Ces cartes météo animées sont visibles sur le site suivant : https://earth.nullschool.net/

On a également le même type de renseignements sur le site suivant, ainsi que d’autres infos (vagues, nuages, etc.). A titre d’exemple, on peut voir que dans les mers du sud, ce 17 septembre 2017 on a des vagues d’environ 8m, venant du 260 (ouest), avec une période de 12 secondes (c’est le temps qui sépare chaque vague), provoquées à cet endroit par un vent de 33 noeuds, soit environ 60 km/h.

analyse vagues septembre longue route 2018

En résumé

Selon les choix que feront chaque skipper, ils pourront ou non bénéficier d’infos météo plus ou moins pointues qui leur permettront de se placer au mieux pour exploiter les bonnes conditions météo, mais surtout de se prévenir des (très) mauvaises conditions qu’on ne manquera pas de rencontrer pendant ce tour du monde.

Alors, rendez-vous dans un an 🙂

 

You may also like...

Laisser un commentaire