Le skipper

brunobarreBruno aura 59 ans en 2018. Bercé par les récits des « Damien », Chichester, Moitessier, David Lewis et bien d’autres, il se prend de passion pour la voile et se lance en 1979 dans la construction de son voilier avec lequel il va découvrir en quelques années, au travers de ses voyages, une bonne partie de l’Atlantique, depuis les Canaries jusqu’à la mer du Groenland.

De retour en France, il s’intéresse à d’autres formes de navigation (en régate) sur divers bateaux (monocoques, multicoques), ce qui lui permet d’affermir encore son expérience maritime.

Au bout de quelques années cependant l’appel des grands espaces se fait sentir, et c’est dans un premier temps au travers de l’aviation qu’il va retrouver les sensations du solitaire lorsqu’il vole au-dessus des mers de nuages. Mais les vols sont trop courts, ils ne lui permettent pas de retrouver ce rythme propre aux longues traversées à la voile, et l’idée d’un tour du monde en solitaire, qu’il avait toujours au fond de lui, se fait de plus en plus précise.

Aussi quand Bruno découvre le défi « Longue Route 2018« , lancé par le navigateur/auteur Guy Bernardin, dans l’esprit du Golden Globe initial, c’est sans hésiter qu’il le contacte afin d’y participer avec son voilier « Eden », acheté pour l’occasion.

Bruno et la voile

  • regate-atl-111979 : met en chantier son 2ème voilier
  • de 1980 à 1985 : navigue en Atlantique nord (organise entre autres en 1984, la première expédition Delta-Polaire Islande-Groenland)
  • de 1986 à 2010 : participe à de nombreuses régates sur mono et multicoques, en Manche, Atlantique et Méditerranée, en tant que skipper. Il remporte notamment le Challenge Chantal Hautecoeur (courses par étapes dont il remporte les autres années plusieurs étapes et des places d’honneur), la régate préparatrice au Fastnet, Ile de Wight-le Havre (dans sa catégorie en temps compensé)…