Le défi « Longue Route 2018 »

Une idée simple : un homme (ou une femme), un voilier, la mer

Origine

Le défi « Longue route 2018 » s’inspire du « Golden Globe Challenge », et en fête les 50 ans.
Le « Golden Globe Challenge » fut un défi à la voile organisée en 1968 par le journal britannique « The Sunday Times ». Ce défi fut la première course autour du monde en solitaire sans escale et sans assistance.

Pour cette régate, il n’y eut pas de départ collectif, ni de ligne de départ et d’arrivée prédéfinie. Les concurrents pouvaient s’élancer depuis le port de leur choix (situé au-delà de 40 ° de latitude nord) entre le 1er juin et le 31 octobre 1968 avant de conclure un tour du monde en solitaire par les trois caps sans toucher terre, sans aide extérieure ni ravitaillement..

Knox_Johnston_Golden_Globe Longue route 2018Des neuf concurrents engagés, seul un seul concurrent, le Britannique Robin Knox-Johnston sur son ketch de 10m Suhaili, reviendra à bon port après 313 jours de mer et 30.123 milles parcourus. Quatre abandonnèrent avant de quitter l’Atlantique. Des cinq concurrents restants, Chay Blyth, qui avait pris la mer sans aucune expérience de la navigation, franchit le cap de Bonne-Espérance avant d’abandonner ; Nigel Tetley sombra alors qu’il était en tête, à 1100 miles de l’arrivée ; Donald Crowhurst, qui était resté dans l’Atlantique Sud tout en communiquant par radio de fausses positions faisant croire à une progression « réelle » autour du monde, montra des signes de maladie mentale et se suicida ; Bernard Moitessier rejeta la compétition, abandonnant la course alors qu’il était en bonne place pour la remporter et poursuivit sa route jusqu’à Tahiti, accomplissant un tour du monde et demi. Ce dernier publia le récit de sa navigation : « La Longue Route ». (source wikipédia)

……

Le défi « Longue route 2018 »

Le projet « Longue route 2018 » reprend la « philosophie » du « Golden Globe Challenge ». Les participants doivent s’élancer entre le 18 juin et le 30 septembre 2018, depuis le port de leur choix (situé au-delà de du 45° Nord de la côte européenne, ou du 41° Nord la côte Est américaine, avec retour dans un port français au nord du 45° Nord, désigné ultérieurement) avant de conclure un tour du monde en solitaire par les trois caps (cap de bonne Espérance, Cap Leeuwin et cap Horn), sans toucher terre, sans aide extérieure ni ravitaillement.

Chaque marin est libre du choix de son voilier : une unité de croisière entre 35 et 52 pieds (10,50 mètres à 15,80 mètres environ), apte à la navigation hauturière.

……